Connect with us

Entertainment

4 séries qui abordent la diversité sans tabou

Voici 4 séries à regarder pour mieux comprendre les problématiques des personnes issues de la diversité.

Published

on

Club Averroes

Elite, un thriller dramatique

Avec trois acteurs révélés dans la série “La Casa de Papel”, Elite est la nouvelle série phénomène de Netflix, lancée en octobre 2018. Las Encinas est l’école la plus élitiste d’Espagne. C’est ici que Samuel, Nadia et Christian, trois enfants de la classe ouvrière sont accueillis après la destruction de leur école par un séisme. Une belle opportunité qui se transforme en cauchemar. Entre humiliations et harcèlements scolaires, se produit le meurtre d’un des adolescents. Reste à découvrir qui est l’auteur du crime…
Disponible sur Netflix, thriller, 1 saison

Insecure, une comédie très proche de la réalité

L’aventure Insecure a démarré sur YouTube. Issa Rae, une jeune trentenaire a lancé sa chaîne “The Misadventures of Awkward Black Girl”, dans laquelle elle raconte ses histoires de coeur, ses dates Tinder, mais aussi ses mésaventures au travail. Cette jeune active employée d’une association caritative aborde notamment la difficulté à être la seule personne de couleur dans son service et son sentiment de transparence. Elle aborde ces sujets avec de bonnes répliques bien senties et remplies de références à la pop culture. Actrice, réalisatrice, Issa est rapidement repérée par des producteurs comme Pharell Williams et des chaînes de télé lui proposent d’adapter sa série. En 2016, elle choisit HBO et s’associe à Larry Wilmore (“Le Prince de Bel Air”, “Black-ish”…) pour créer Insecure, une version améliorée de sa chaîne YouTube.
Diffusée sur HBO, comédie, 3 saisons

Dear White people, pour suivre le quotidien de jeunes étudiants noirs

“Cher peuple blanc, le nombre d’amis noirs requis pour ne pas avoir l’air raciste vient de passer à deux. Et désolée, non, votre dealer ne compte pas” ! Cette punchline, ce sont les premiers mots de Sam White, étudiante, un des personnages principaux de Dear White People, une série lancée en 2014 par Justin Simien. Pendant 30 minutes, on suit à chaque épisode ce groupe d’étudiants très attachants, parfois rebels, qui dénoncent les injustices et les comportements racistes sur le campus de leur université.
Disponible sur Netflix, comédie dramatique, 2 saisons

Black-ish, un sitcom léger mais plein d’humour

Pas toujours évident de composer avec les différentes facettes de sa personnalité. Tel est le quotidien de Dre Johnson dans Black-ish, une comédie lancée par ABC en 2014. Au travail, ce tout nouveau directeur de la “Urban Division” au sein d’une agence de publicité s’interroge dans une scène très drôle sur le sens de ce nouveau titre, “est-ce qu’ils m’ont mis reponsable des trucs de noirs?”. A la maison, ce père de famille de la classe moyenne s’interroge sur l’éducation à transmettre à ses quatre enfants scolarisés dans une école élitiste : “Faut-il leur apprendre le ‘hotep’ (NDLR: manière de se saluer entre blacks) ? Comment s’assurer qu’ils aient des amis noirs ?”… Sans parler des discussions houleuses et parfois loufoques avec Dr. Rainbow, sa femme progressiste jouée par une Tracee Ellis Ross, qui illustrent bien les discussions de nombreux parents tiraillés entre l’ascenseur social et la culture identitaire. Fou rire assuré !
Diffusée sur ABC, comédie, 5 saisons et une suite avec Grown-ish

Source : Fabiola Dor |

Entertainment

Le constat accablant du CSA sur la diversité à la télévision

Published

on

15 % de « non blancs », 0,7 % d’handicapés… Les chaînes doivent encore faire beaucoup d’efforts pour mieux représenter la diversité de la société française à la télévision.

Trois membres du gouvernement et la quasi-totalité des patrons des chaînes de télévision. Pour la présentation du baromètre de la diversité du Conseil supérieur de l’audiovisuel, tout le PAF était présent.

Mais ce n’est pas pour s’auto-féliciter. Car ce baromètre, qui fête ses dix ans, dresse un constat accablant. « On remarque de belles avancées, mais aussi des résultats décevants voire inacceptables », a lancé Roch-Olivier Maistre, le président du CSA.

Selon cette étude qui s’appuie sur deux semaines de visionnage sur 18 chaînes en 2019, avec des critères tels que l’origine, le sexe, le handicap ou l’âge, seulement 15 % des personnes y sont perçues comme « non blanches ». Un chiffre qui n’a pas beaucoup varié sur plusieurs années et est même en recul par rapport à 2018 (17 %).

Peu de progrès, non plus, sur la question du handicap qui concerne 20 % de la population française. Or seulement 0,7 % de ces personnes sont « vues » à la télévision. Pourtant, comme l’a remarqué Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées, « chaque fois que l’on parle de handicap dans la fiction, l’audience est là », citant par exemple « Apprendre à t’aimer », sur M6, qui traite de la trisomie 21.

Plus globalement, la télévision est un miroir déformant de la société. La proportion de femmes reste limitée à 39 % sur le petit écran, alors qu’elles comptent pour 52 % de la population. Et le constat est partagé pour les jeunes ou les personnes âgées. A l’inverse, les CSP+ sont surreprésentés, à 73 %… contre 28 % de la population.

Officiellement, les patrons de chaînes se déclarent tous attentifs à ces questions. Par exemple, Gilles Pélisson, patron de TF1, a souligné qu’un futur feuilleton quotidien serait l’occasion de mettre en avant différents milieux. Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, discute avec le monde de la production pour améliorer la représentation de la diversité dans la fiction.

Pas de sanction

Mais en l’absence de pouvoir de sanction du CSA sur ce point, les engagements ne peuvent être que des promesses. « Les chaînes ont des obligations relatives à la diversité dans leurs conventions. Mais, à la différence de la loi sur la parité de 2014 qui a obligé les chaînes à fournir des chiffres sur la représentation des femmes au régulateur, pour la diversité, ce ne sont que des engagements », résume Carole Bienaimé Besse, membre du CSA.

Pour tenter d’améliorer les choses, le gendarme de la télévision va débuter un cycle d’auditions avec les télévisions, les producteurs, etc. afin de « mettre en place des objectifs plus ambitieux ».

Source : Les Echos – Marina Alcaraz – 29 sept. 2020

Continue Reading

Entertainment

CNews sous le feu des critiques après des propos d’Eric Zemmour sur les mineurs isolés

Published

on

La chaîne, qui a laissé passer une séquence, risque des sanctions. Le parquet de Paris a annoncé avoir ouvert une enquête pour « provocation à la haine raciale » et « injures publiques à caractère raciste ».

Est-ce l’effet des audiences qui le galvanise ? Se sent-il désormais intouchable ? Eric Zemmour a de nouveau franchi la ligne jaune, mardi 29 septembre. Dans « Face à l’info », le polémiste star de CNews s’en est pris aux « mineurs isolés », à la suite de l’attentat du 25 septembre rue Nicolas-Appert, à Paris, commis par un Pakistanais qui avait été pris en charge comme mineur isolé – il aurait en fait 25 ans.

Ces jeunes, « ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs. C’est tout ce qu’ils sont. Il faut les renvoyer. Il ne faut même pas les laisser entrer. Pour cela, il faut sortir de la Cour européenne des droits de l’homme [CEDH], qui est l’origine du mal », a assuré M. Zemmour. Une CEDH que le journaliste a pourtant lui-même saisie en 2019 après une condamnation pour provocation à la haine religieuse. « Pas tous ! », a vaguement modéré Christine Kelly, mardi, avant d’essayer de calmer le jeu, qui avait définitivement dérapé. « Ces propos vous appartiennent et [n’engagent] pas CNews », a-t-elle conclu.

Cette nouvelle sortie de route, repérée vingt-quatre heures après sa diffusion par « Traduisons Les », un compte Twitter fort de 80 800 abonnés qui tourne en dérision les propos politiques, pourrait coûter cher à la chaîne d’information du groupe Canal+ (propriété de Vivendi, dont le premier actionnaire est Vincent Bolloré).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Face à la concurrence, CNews fait le pari d’une parole décomplexée

Jeudi 1er octobre, le parquet de Paris a annoncé avoir ouvert une enquête pour « provocation à la haine raciale » et « injures publiques à caractère raciste », confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne. Les présidents des départements du Gers, des Landes et de la Gironde (PS) ont annoncé tour à tour vendredi qu’ils portaient plainte contre le polémiste Eric Zemmour « suite à ses propos sur les migrants mineurs ». Ces nouvelles procédures sont similaires à celle annoncée la veille par la Loire-Atlantique.

De son côté, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a déclenché l’article 40 du code de procédure pénale, qui l’oblige à signaler au procureur toute infraction dont il a connaissance. C’est la troisième fois que le régulateur de l’audiovisuel y a recours dans le cadre d’une intervention d’Eric Zemmour. Il l’avait notamment activé après la diffusion sur LCI de la longue diatribe du polémiste contre l’islam et les musulmans, diffusée lors de la « convention de la droite » organisée par des proches de Marion Maréchal en 2019. Le journaliste a été condamné le 25 septembre à 10 000 euros d’amende pour ces propos.

Source : Le Monde – 02/10/20

Continue Reading

Entertainment

Insolite : Barbie et Nikki s’engagent pour la diversité…

Published

on

Dans ce spot très bien ficelé, la poupée créée en 1959 dialogue avec son alter-égo afro-américaine Nikki (créée elle en 1996 seulement…) à propos des thèmes de l’anti-racisme, des discriminations et des stéréotypes. Cliquez ici pour voir le clip.

Continue Reading

A la Une

Copyright © 1995-2020 Club Averroes