Connect with us

Société

Crise du Covid et Culture : les mesures du plan d’aide

Crise du Covid : les mesures en faveur du monde de la culture

Published

on

Les mesures en faveur du monde de la culture annoncées hier par le président Macron restent encore à préciser comme l’a dit le ministre de la Culture et de la Communication à l’issue de la réunion.

Mesures de résilience, de résistance

En préambule, Franck Riester, très critiqué pour sa discrétion depuis le début de la crise, a souhaité rappeler que lui-même et son ministère n’avaient pas chômé. “Cela fait des jours et des semaines que nous travaillons avec le président, ses équipes, avec le Premier ministre, ses équipes et mes collègues du gouvernement, en lien avec tous les professionnels, leurs représentants, les organisations syndicales conscientes de la crise terrible que traverse la culture, les femmes et les hommes qui sont l’âme de la culture et qui ont des difficultés à envisager leur avenir vu l’importance de la crise. Les mesures ont bien évidemment été travaillées, identifiées et préparées. Le président a eu l’occasion d’évoquer ces pistes de réponse à cette crise qui touche notre nation car les arts et la culture sont une part de notre humanité.”

Ce préalable fait, le ministre a rappelé les mesures d’urgence déjà prises. “Il y a des mesures d’urgences qui ont été prises dès le départ et qui visent à protéger cet écosystème. Des mesures qui ont été prises pour la totalité de notre société, je pense aux prêts garantis par l’Etat, au chômage partiel, à la création de ce fonds de solidarité pour les indépendants, ces reports de cotisations sociales et de charges fiscales. Je pense aussi à ce qui a été fait par le ministère de la Culturen, ses opérateurs pour compléter ces dispositions en mettant en œuvre des actions spécifiques pour les artistes auteurs, pour les intermittents, pour le tissu entrepreneurial de la culture et qui ont permis de faire face aux difficultés en ce moment même. Il y a bien évidemment des compléments qui sont nécessaires pour que personnes ne soit laissé sur le bord du chemin.”

Réinventer le modèle français

“Et puis nous avons évoqué avec le président des mesures plus de résilience, de résistance. Ces mesures dont on va avoir besoin pour accompagner la reprise dans les semaines qui viennent des activités culturelles, des répétitions d’artistes, des spectacles vivants, des ouvertures de salles de cinéma, de commerces culturels. Et puis il y aura le temps de la refondation, de réaffirmer la force du modèle français, qui est regardé avec parfois beaucoup de jalousie par nombre de pays. Il nous faut le réaffirmer et le réinventer. Saisissons les opportunités offertes par cette crise pour réinventer un modèle.”

Librairies, galeries, bibliothèques

“À partir du 11 mai pourront rouvrir les librairies, il y a une grande attente de nos compatriotes. Pourront rouvrir les disquaires, les bibliothèques, les médiathèques, les galeries d’art et un certain nombre de musées, de monuments historiques, à partir du moment où ils respectent les normes de sécurité sanitaires (gestes barrière, distanciation physique, port du masque, gestion des flux, etc.), plus un certain nombre de normes édictées par les professionnels.”

Redémarrer le spectacle vivant

Pour le spectacle vivant, “les compagnies pourront commencer à réinvestir les lieux, à partir du 11 mai, pour des fonctions administratives, pour répéter, se retrouver, repenser à l’avenir. Nous nous interrogerons fin mai pour savoir si on peut aller plus loin que cette limite de 10 personnes qui sera la norme à partir du 11 mai. En étant inventif, en faisant preuve de bon sens et de créativité, il faut trouver des façons de remettre les artistes devant leur public. Cette réflexion sera menée tout le mois de mai. Rouvrir les salles de cinéma sera aussi discuté avec les maires, les préfets et les professionnels concernés. Car les rassemblements de plus de 5 000 personnes ne seront pas ouverts avant fin août”, indique Franck Riester qui précise que “pour accompagner cette réouverture, un travail est conduit dans toutes les disciplines artistiques pour définir les normes de sécurité sanitaires.”

Un “pacte de confiance” pour les intermittents, ciment de la culture

En, ce qui concerne les intermittents, “ces artistes, ces techniciens du spectacle, de l’audiovisuel, du cinéma qui sont l’âme et le ciment de la culture, nous avons sanctuarisé les trois mois du confinement (début mars à fin mai), mais nous devions donner des sécurités pour l’avenir”, a expliqué le ministre. “Dans le cadre d’un pacte de confiance, le président a acté une année blanche jusqu’à fin août 2021. Nous sommes convaincus que forts de cette sécurité, ils réenchanteront notre pays. Ce pacte de confiance est essentiel.”

Le temps de la refondation

Franck Riester a ensuite esquissé le temps long. “En parallèle, nous devrons réfléchir à ce que sera ce troisième temps de refondation et nous avons jusqu’à l’été pour échanger, nous rencontrer, réfléchir à ce que pourrait être l’amélioration de notre modèle. Nous aurons un point de rencontre fin août avec les artistes”, a indiqué le ministre.

Reprendre le chemin des tournages

Franck Riester a également détaillé l’action du gouvernement en faveur des tournages audiovisuels et cinématographiques, activités qui concernent notamment l’Occitanie. “Nous avons rappelé que progressivement courant mai pourront peut-être se réorganiser des tournages. Nous avons fait le choix fort de créer un fonds d’indemnisation public avec des moyens lourds en train d’être finalisés avec le CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée, ndlr) qui sera abondé par les Régions et cofinancé par les assureurs, les banques et toutes et celles et ceux du secteur privé qui sont impliqués”, a annoncé le ministre.

Souveraineté : les plateformes devront investir

Enfin, Franck Riester a abordé la question de la souveraineté culturelle, qui conditionne l’exception culturelle française et européenne. “Il y a aussi avec cette crise des menaces sur notre souveraineté culturelle. Dans une crise comme celle-là les acteurs les plus fragiles sont en danger. Nous devons les protéger, c’était au cœur de la loi audiovisuelle. Nous transposerons avant la fin de l’année la directive SMA (directive européenne sur les services de médias audiovisuels, ndlr) et la directive droits d’auteur qui permettront dès le 1er janvier 2021 que les plateformes numériques internationales, qui ont profité énormément de la crise, investissent dans la production française d’audiovisuel et de cinéma. Nous souhaitons que soient protégés leurs actifs et les entreprises de la diversité française, c’est-à-dire les catalogues de films, de séries. Ces petits joyaux doivent être protégés d’acquisition d’acheteurs non-européens.”

Un fonds pour la musique

Sur le secteur de la musique (spectacle vivant, musique enregistrée, édition, auteur-compositeur) “touchés de plein fouet, nous avons pris la décision de doter le centre national de la musique qui vient d’être créé, de moyens lourds (50 M€) pour faire en sorte qu’il puisse se réarmer et bâtir des plans d’accompagnement. Sera créé en complément un fonds Festivals, en lien avec les collectivités territoriales et les régions.”

“Tout cela va prendre du temps, ça va être compliqué, mais la volonté est de retrouver le chemin du public.”

Artistes auteurs accompagnés

Enfin les artistes auteurs vont bénéficier du fonds de solidarité à partir de mi-mai. Le site dédié va pouvoir les accueillir pour qu’ils se fassent rembourser les loyers de leur atelier, de leur studio. 80 M€d’aides étaient actées à fin avril avec une exonération des cotisations pendant 4 mois.

Plan de commandes publiques

Enfin, Franck Riester est revenu sur l’annonce par Emmanuel Macron d’un grand plan de commandes publiques. Il se fera “quelles que soient les disciplines artistiques afin qu’ils soient protégés économiquement et socialement pour leur donner la possibilité de créer, de s’exprimer dans leur sensibilité.”

Source : Philippe Rioux – ladepeche.fr – 7 mai 2020

Continue Reading
Advertisement

Société

Joe Biden devient le 46ème président des Etats-Unis

Published

on

Après plusieurs jours de suspense, Joe Biden a fini par s’imposer d’une courte tête en Pennsylvanie (état dans lequel il est né), remportant ainsi vingt grands électeurs supplémentaires, ce qui porte son total à 273 et lui assure de remporter la présidence, à l’heure où l’Arizona, le Nevada et la Géorgie, où l’écart entre les deux candidats tient dans un mouchoir de poche, doivent encore donner un résultat final. L’ancien vice-président de Barak Obama bénéficie d’une courte avance dans chacun de ces trois états, mais même si Donald Trump parvenait finalement à remporter chacun d’entre eux, il perdrait malgré tout l’élection. Le suspense touche donc à sa fin.

Les démocrates peuvent enfin souffler après une élection qui s’est avérée beaucoup plus serrée que ne l’estimaient les sondages, et a même dans un premier temps semblé tourner en la faveur de Donald Trump, alors qu’il obtenait des succès électoraux en Floride et en Caroline du Nord, et semblait en passe de remporter le Midwest. L’actuel président a en effet réalisé de bien meilleures performances que prévu, notamment auprès des minorités. Si celles-ci ont majoritairement voté pour Joe Biden, Donald Trump a rassemblé une plus large part du vote des non-blancs que tout autre candidat républicain depuis l’élection de 1960, qui avait vu Kennedy s’imposer face à Nixon.

Une élection plus serrée que prévue

 Environ un quart des non-blancsont donné leur suffrage à Trump, d’après les estimations actuelles. 18% des hommes afro-américains et 8% des femmes de cette même communauté ont voté pour lui lors de ce scrutin, contre respectivement 13% et 4% en 2016. En 2008, le candidat républicain John McCain, battu par Barack Obama, n’avait obtenu que 5%des voix de la communauté afro-américaine, hommes et femmes confondus. 31% des Latino-Américains et 30% des Asio-Américains ont également donné leur suffrage à Donald Trump. L’actuel président a notamment réalisé de très bons scores auprès de la communauté latino-américaine au Texas et en Floride, ce qui lui a assuré une confortable victoire dans ces deux états traditionnellement ancrés à droite, que les sondages déclaraient cette fois-ci susceptibles de basculer dans le camp démocrate.

 Des chiffres qui témoignent d’une réalité bien plus nuancée que le discours faisant de Donald Trump le candidat du suprémacisme blanc, d’autant que son score auprès de l’électorat blanc a au contraire légèrement régressé : 61% des hommes blancs ont voté pour lui, contre 64% en 2016. Ces bonnes performances auprès des minorités se sont toutefois révélées insuffisantes pour lui permettre de l’emporter.

Plus de 75 millions de voix

 Malgré sa victoire, Joe Biden est quant à lui loin d’être au bout du tunnel. L’ancien vice-président de l’administration Obama, qui, à bientôt 78 ans, est à la fois l’homme le plus âgé à entrer en fonction (un record précédemment détenu par Trump, qui avait 70 ans lors de son inauguration), le président à être élu avec le plus grand nombre de suffrages (plus de 75 millions de voix, grâce à un taux de participation record) et l’homme politique avec le plus d’expérience à s’installer à la Maison-Blanche, va devoir composer avec de nombreux défis. Comme l’a montré son discours tenu à la Maison-Blanche jeudi soir, Donald Trump n’a d’abord pas l’intention de jeter l’éponge, considère (sans preuves solides) que l’élection lui a été volée par des méthodes déloyales et entend se pourvoir en justice pour faire entendre sa cause.

Si les cadres du parti républicain se montrent pour l’heure très prudents et sont peu nombreux à reprendre le discours du président, ce qui suggère que ce dernier pourrait rapidement se retrouver isolé s’il persistait dans son refus de s’avouer vaincu, Biden va vraisemblablement devoir composer avec un perdant récalcitrant. Le vainqueur de la présidence a d’ores et déjà évoqué la possibilité que Trump puisse être escorté en dehors de la Maison Blanche s’il refusait de quitter le bureau ovale, ce qui serait un événement sans précédent dans l’histoire de la démocratie américaine.

Rassembler les Américains

 À l’heure où de nombreuses rumeurs (reprises par Trump et très souvent erronées) faisant état de tricheries circulent sur les réseaux sociaux, sous la menace d’une enquête judiciaire qui pourrait traîner pendant plusieurs semaines et à l’issue d’un scrutin ultra-polarisé et extrêmement serré, Biden va avoir la lourde tâche de rassembler un pays profondément divisé, ce que son prédécesseur ne s’est jamais efforcé de faire, attisant au contraire volontairement les tensions et la polarisation de la vie publique.

L’ancien vice-président, qui s’est efforcé d’adopter un ton rassembleur et de se doter une stature présidentielle depuis le début de la campagne, va devoir redoubler d’efforts pour asseoir sa légitimité auprès des électeurs républicains, dont beaucoup estiment qu’ils ont été floués, comme en témoignent des manifestations en cours dans plusieurs grandes villes américaines.closevolume_off

Sur sa gauche, il va également devoir composer avec une frange du parti démocrate qui juge son positionnement centriste trop timoré, et qui, derrière des figures comme le sénateur du Vermont Bernie Sanders ou la représentante Alexandria Ocasio-Cortez, ne craignent pas de brandir l’étiquette « socialiste », longtemps taboue aux États-Unis. Ils souhaitent que leur parti promeuve d’ambitieuses réformes, dont des mesures importantes au service de la transition écologique (comme l’abandon de l’exploitation des gaz de schiste et l’adoption de normes environnementales plus strictes), une couverture médicale universelle, une revalorisation des salaires, davantage d’impôts sur les revenus les plus élevés et davantage d’actions pour limiter les violences policières.

Galvanisée par les manifestations qui ont émaillé le pays cet été suite à la mort de George Floyd aux mains d’un policier de Minneapolis et soutenue par un flot de jeunes militants, cette aile gauche du parti démocrate entend bien profiter de la présidence Biden pour se faire entendre et avancer ses pions. Et si le candidat démocrate a bénéficié d’une union sacrée derrière lui pour vaincre Trump, il est fort probable que celle-ci ne lui fasse pas de cadeaux si elle juge que sa présidence manque d’ambitions.

Des crises qui se superposent

Les difficultés qui attendent la présidence Biden ne s’arrêtent pas là, dans un pays où le Coronavirus continue de faire rage : le nombre de nouveaux cas a récemment dépassé les 120 000 en une journée, un record depuis le début de la pandémie. L’Amérique compte à l’heure actuelle 235 000 victimes du virus, un chiffre qui continue de croître de jour en jour.

Corollaire de cette crise sanitaire, le pays connaît également une importante crise économique : le PIB a décru de plus de 31% au second trimestre, et plus de 800 000 Américains s’inscrivent au chômage chaque semaine. Contrairement à son prédécesseur, qui souhaitait donner la priorité à la réouverture de l’économie, Joe Biden a martelé que la lutte contre le virus était un préalable nécessaire à la relance. Alors qu’à la sortie des urnes, 30% des électeurs se disaient préoccupés par l’état de l’économie, contre seulement 10% qui considéraient le Coronavirus comme une priorité, Joe Biden va également devoir convaincre les Américains du bien-fondé de sa stratégie.

S’il souhaite faire de la lutte contre le virus une cause nationale, avec des tests déployés à grande échelle et une production industrielle de vaccins, le candidat démocrate ne laisse cependant pas l’économie de côté, qu’il prévoit de réindustrialiser en investissant notamment dans les énergies renouvelables. À l’heure où le Coronavirus a mis en lumière les faiblesses du système de santé américain, qui laisse 207 millions d’Américains sans assurance maladie, Biden entend également étendre l’Obamacare, que son prédécesseur a tenté sans succès de supprimer.

Pour ne rien arranger à la difficile tâche qui l’attend, le président fraîchement élu va également devoir composer avec un sénat qui a de fortes chances de demeurer républicain, où l’habile tacticien Mitch McConnell, vieux renard de la politique qui, sauf en cas de victoire surprise des démocrates, devrait continuer de diriger la majorité républicaine à la chambre haute du Congrès, va tout faire pour mettre des bâtons dans les roues de son administration et risque de bloquer toute réforme ambitieuse. Une situation similaire à celle qu’avait connue Obama en son temps, qui s’était également trouvé confronté à un sénat républicain vindicatif dirigé par McConnell.

Et si les démocrates demeurent majoritaires à la Chambre des Représentants, la chambre basse du Congrès américain, leur majorité s’est amenuisée lors de ces élections, qui ont vu plusieurs élus démocrates perdre leur siège au profit de candidats républicains. Grâce aux trois juges conservateurs nommés par Donald Trump (Neil M. Gorsuch, Brett M. Kavanaugh et Amy Coney Barrett) à la Cour Suprême, celle-ci est en outre solidement ancrée à droite (six juges conservateurs contre trois juges progressistes), et pourrait décider du futur de l’Obamacare à l’issue d’un jugement actuellement en cours d’examination. Bref, pour Joe Biden et les démocrates, si la victoire peut sonner comme la fin d’un combat long et difficile, celui-ci ne fait en réalité que commencer.

Continue Reading

Société

Aïssa Maïga et Adèle Haenel

Published

on

Elles se sont levées ensemble aux Césars et s’efforcent depuis d’inventer un front commun contre toutes les discriminations. Les actrices Adèle Haenel et Aïssa Maïga retracent pour «Libération» le cheminement d’une prise de conscience générationnelle.

Réunies dans un entretien croisé publié par Libération, Aïssa Maïga et Adèle Haenel ont évoqué leurs engagements aux côtés du Comité Adama, qui organise ce samedi une nouvelle manifestation. Les deux actrices, qui avaient déjà participé le 2 juin dernier au rassemblement devant le tribunal de grande instance de Paris, seront au rendez-vous ce samedi 13 juin, place de la République. “Ce combat est celui de la justice”, a estimé Aïssa Maïga, expliquant avoir rencontré Assa Traoré lors de la sortie du livre collectif Noire n’est pas mon métier. “Je la connaissais de loin, je connaissais son combat, et elle est apparue. Le soutien est devenu une évidence et il prend véritablement corps depuis quelques mois”.

L’actrice a expliqué avoir “tout de suite été impressionnée par cette femme, sa force tranquille, et cette capacité à tisser du lien, à penser son drame familial en termes politiques”. “Sa voix compte. Ce n’est pas seulement une icône: elle permet l’émergence d’un mouvement”, a ajouté Aïssa Maïga.

“Je ne peux pas faire les choses à deux vitesses”

Pour Adèle Haenel, déjà mobilisée contre les violences sexuelles et sexistes, l’engagement est plus récent. “Il m’a fallu passer par une problématique qui me traversait, qui impliquait mon corps dans une discrimination pour me mêler aux autres injustices”, a-t-elle expliqué.”J’écoutais ce que disait Assa Traoré et j’étais frappée par sa détermination et son intelligence”, a-t-elle poursuivi. “Mais ce n’est que très récemment que j’ai également pris conscience physiquement que je ne pouvais pas ne pas soutenir cette femme et toute la lutte contre les violences policières et le racisme, de la même façon que je prends à bras-le-corps la lutte pour le féminisme et contre les violences sexuelles. Je ne peux pas faire les choses à deux vitesses”.

Adèle Haenel a confié parler depuis son “parcours politique personnel, implanté dans le féminisme, un parcours qui est bouleversé par le mouvement mondial autour des violences policières et par le mouvement français autour du Comité Adama”. “Je dirais que prendre en charge ma propre histoire m’a donné la capacité de m’occuper d’autres problématiques plus larges, qui ne me touchent pas immédiatement”, a poursuivi l’actrice, qui a porté plainte contre le réalisateur Christophe Ruggia, qu’elle accuse de harcèlement sexuel et d’attouchements. “Je parle d’une espèce de réveil politique. Cette envie aussi de témoigner mon soutien aux familles des victimes, au mouvement politique contre le racisme et les violences policières en France, ainsi qu’aux comédiens qui prennent position”.

“Un racisme omniprésent” 

Aïssa Maïga a expliqué que “pendant longtemps, la question raciale dans le cinéma était tellement envahissante dans (son) parcours qu’elle a cannibalisé tout le reste”.”J’avais le sentiment que c’était moins difficile d’être une femme, dans un monde qui discrimine pourtant les femmes, que d’être une femme noire”, a-t-elle confié, dénonçant un “racisme soft, rarement cru mais qui est obsédant… car omniprésent” en France. “Le travail fait par les afro-féministes en France et à l’étranger a mis les mots que je n’avais pas à disposition parce que je n’avais pas cet héritage.”

Revenant sur l’événement du 2 juin, lors duquel près de 20.000 personnes se sont réunies pour manifester, les actrices ont souligné “un tournant” dans le mouvement. “La mort d’Adama Traoré, étouffé sous trois gendarmes, s’est matérialisée sous nos yeux avec les images insoutenables de celle de Floyd. La jeunesse française qui regarde ces images ne peut pas ne pas faire le lien, il est évident”, a assuré Aïssa Maïga.

“Un tournant” dans le mouvement

L’actrice a salué “une forme d’activisme accessible qui se développe via les réseaux sociaux”, où “les gens qui militent vont impliquer les autres par des phrases simples, accessibles”. “Il y a aussi l’idée qu’il faut établir un lien entre les violences policières, le racisme qu’on peut rencontrer dans d’autres espaces sociaux, la question de l’égalité femmes-hommes, celle de l’environnement, de l’urgence aussi de traiter ces problèmes-là maintenant”, a-t-elle remarqué. “Et enfin le sentiment d’injustice, qui est omniprésent et lié à la circulation des images sur les réseaux sociaux. Les violences policières s’enchaînent les unes après les autres, et cela crée un effet d’accumulation. Ce n’est pas qu’une vision politique dogmatique, mais un réel qui est vécu ou perçu comme réel”.

“Il y a un tournant dans l’efficacité du mouvement aussi”, a renchérit Adèle Hanel. “Ce sentiment porté par Assa Traoré que nous sommes puissants. Ce ne sont pas que des idées qui se baladent dans le monde, ce sont des idées qui font advenir le monde. Cela donne un espoir et une responsabilité à toute une génération”.

Souce : Nawal Bonnefoy – bfmtv.com – 13 juin 2020

Continue Reading

Entertainment

Fary dénonce le racisme dans une magnifique vidéo

Published

on

Fary a dévoilé jeudi 25 juin une vidéo réalisée en collaboration avec Colors où il livre un plaidoyer vibrant contre le racisme.

Fary est partout en 2020. Après avoir mis en ligne son spectacle Hexagone sur Netflix en mars, l’humoriste sera le 8 juillet prochain, avec de nombreuses autres stars françaises, à l’affiche de la comédie de Jean-Pascal Zadi et John Wax, Tout Simplement Noir. Entre ces deux évènements importants dans la carrière du stand-uppeur, il a signé une collaboration avec la chaîne YouTube allemande Colors, et le fruit de leur travail commun vient d’être mis en ligne. 

“Faciès” est donc un plaidoyer de quatre minutes contre le racisme où l’humoriste interroge les attitudes et les clichés racistes en France. “Admettons que je change de prénom, du coup est-ce que tu vas oublier que je suis moins clair que les autres prénoms ? Genre si j’ai un prénom plus typiquement français, plus blanc… Ton projet c’est quoi ? C’est que je le devienne avec le temps ?”, déclare notamment Fary. 

Cette vidéo intervient dans un contexte où le sujet des violences policières est brûlant. Fary est la première personnalité issue du stand-up à s’exprimer sur la chaîne Colors, habituellement consacrée aux jeunes chanteurs. En moins de 24h, la vidéo a été vue plus de 150.000 fois. Peut-être le début d’un phénomène en France.

Source : GQ Magazine – 26 juin 2020

Continue Reading

A la Une

Copyright © 1995-2020 Club Averroes