Connect with us

Publicité

“Black lives matter” : L’Oréal dans la tourmente

Published

on

Toujours accorder ses messages et ses actes.

Vendredi 29 mai a été diffusé le nouveau spot publicitaire de L’Oréal pour sa campagne intitulée « Lessons of Worth » . Réalisé par l’agence McCann Paris, il met en vedette l’actrice et productrice Viola Davis, nouvelle porte-parole internationale de la marque parisienne depuis septembre dernier. Dans ce film sobre de 2 minutes, l’actrice s’adresse directement à chacun d’entre nous afin d’expliquer (ou rappeller) la véritable signification du slogan de L’Oréal, “Vous le valez bien ” en français. Violas Davis nous encourage à nous le répéter dans les moments les plus difficile.

La diffusion de cette nouvelle publicité survient juste après le meurtre par un policier de l’afro-américain George Floyd et les émeutes qui embrasent les États-Unis. En réponse au mouvement, L’Oréal a posté sur sa page Instagram une photo accompagnée d’une brève description en soutien aux manifestants : “L’Oréal Paris est solidaire de la communauté noire et s’oppose à toute forme d’injustice. Nous nous engageons auprès de l’NAACP pour soutenir les progrès dans la lutte pour la justice. #BlackLivesMatter

À l’aspect pourtant bienveillant, ce message de soutien a beaucoup de mal à passer, notamment sur Twitter où la marque est critiquée pour son hypocrisie et pour tirer parti de la situation. Mais pourquoi ce message est-il si peu apprécié ?

Pour le comprendre, il faut remonter en 2017, lors des rassemblements suprémacistes blancs à Charlottesville, en Virginie. En effet, en réponse à ces rassemblements considérés par beaucoup comme racistes, le mannequin Munroe Bergdorf qui travaillait depuis peu pour L’Oréal, avait posté sur Facebook une publication dénonçant le racisme et exprimant sa frustration face à ces rassemblements.

Considéré comme un post allant à l’encontre de sa politique, Facebook l’avait supprimé quelques temps après avant que L’Oréal Paris ne licencie la mannequin pour sa “contradiction avec les valeurs de la marque”. Ce licenciement avait été jugé inacceptable par les fans à l’époque, mais la marque n’avait jamais répondu à ces critiques.

Or, cette nouvelle prise de parole a fait ressurgir la polémique sur les réseaux sociaux, la marque est accusé d’hypocrisie et ses détracteurs demandent des excuses à la mannequin. Munroe Bergdorf s’est d’ailleurs elle-même exprimée sur son compte Instagram de manière virulente à l’encontre de la marque de soins française. L’objectif de L’Oréal et de sa nouvelle publicité risque donc d’être compromis si la marque ne réagit pas vite en faisant son mea culpa à l’actrice et au public.

La communication autour de ce genre d’évènement est à double tranchant. Après les critiques de Cindy Gallop sur le manque de diversité du conseil d’administration de Nike qui prône pourtant régulièrement l’égalité raciale, la marque de soins parisienne sera elle aussi tombée dans le piège d’une communication par les mots, alors que ses actes passés racontent un message tout autre.

Mise à jour du 11 juin 2020

Il semblerait que le mea culpa tant attendu ait eu lieu. En effet, la présidente de la marque L’Oréal Paris, Delphine Viguier, a annoncé sur Instagram avoir eu un entretien avec la mannequin transgenre Munroe Bergdorf qui se serait déroulé sans accroc : « J’ai eu une conversation honnête, transparente et vulnérable avec Munroe Bergdorf. Nous nous sommes écoutées et avons partagé nos sentiments et nos perspectives sur la situation avec un cœur et un esprit ouverts. Ce fut un moment puissant de connexion humaine. « 

De plus, Delphine Viguier annonce que « Le Groupe L’Oréal va former un Conseil consultatif britannique sur la diversité et l’inclusion à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise, qui influencera et informera notre plan d’action. J’ai invité Munroe à participer à ce Conseil et je la remercie d’avoir accepté gracieusement. Nous allons honorer le plaidoyer de Munroe pour les communautés trans et noire. L’Oréal fera un don à des associations qui soutiennent la justice sociale et des causes qui sont profondément personnelles à l’expérience de Munroe »

La marque a donc appris de ses erreurs et va maintenant réellement s’investir. Cela suffira-t-il à calmer les fans en colère ? Personne ne peut le prédire, mais il semblerait néanmoins que ça ait calmé l’ardeur de Munroe Bergdor qui exprime dans un Tweet son attente de partir sur de nouvelle base avec la marque, et pourquoi pas, collaborer à nouveau avec elle.

Source : lareclame.fr – 11 juin 2020

Publicité

OMNICOM (agences TBWA, DDB, BBDO,…) dévoile les statistiques diversité de ses effectifs US !

Published

on

Omnicom Releases US Workforce Diversity Data as Part of Broader Action Plan

Less than 3% of executives are Black

By Minda Smiley

Omnicom has released the makeup of its workforce in the U.S. as part of a broader plan to achieve “systemic equity” at the holding company.

In a staff memo, Omnicom CEO John Wren shared its U.S. Equal Employment Opportunity Commission (EEOC) data, which is broken into three categories: executive managers, mid-level managers and professionals. According to the report, 2.7% of its executive managers are Black, 7.2% are Asian, and 4.9% are Hispanic.

At the “professionals” level, 5.5% of employees are Black, 11.1% are Asian, and 10.3% are Hispanic.

Its numbers are largely in line with those of the other major advertising holding companies that have released similar data. At Dentsu Aegis Network, IPG, Havas and Publicis, Black employees hold less than 3% of executive roles. WPP and MDC Partners have not released their workforce diversity data, although the former has indicated that it plans to.

“Understanding and providing transparency in where we currently stand is a necessary first step in committing to change and paving a path forward,” Wren said in the memo.

The staffing breakdown comes roughly two months after the police killing of George Floyd in Minneapolis on May 25, which Wren called “tragic and heartbreaking” in an email he sent to staffers on June 1. In the email, he said diversity and inclusion are two of Omnicom’s “core values.”

In addition to revealing its workforce data, Omnicom has laid out an eight-part plan called OPEN 2.0 that Wren said will help the company reach systemic equity across the organization. According to Wren, it aims to “attain equal representation, development, support and retention of marginalized groups,” particularly in the U.S., for BIPOC employees.

The eight steps include:

1. Expand the OPEN leadership team: The Omnicom People Engagement Network (OPEN) encompasses its employee resource groups and diversity, inclusion and equity (DE&I) efforts, led by chief diversity officer Tiffany R. Warren and includes 15 other executives across its various agencies. According to Omnicom, the team will be “expanded and further supported.” Additionally, the CEOs of each network and practice area will have a diversity director as a direct report.

2. Attract and recruit talent: Omnicom’s agencies, which include BBDO, DDB and TBWA, will “promote our DE&I programs and initiatives,” though no additional information was provided.

3. Provide development opportunities: Establish a Talent Advocacy Program that pairs an individual with a mentor who can advocate for their mentee’s success and advancement.

4. Retain and grow employees: A new networking-focused Talent Advancement Program will allow HR and recruiting professionals to source talent across various agencies to “more efficiently and effectively provide career advancement.”

5. Update clients on progress: A new Client DE&I Communications Program will regularly update clients on initiatives and accomplishments. As part of this, Omnicom plans to expand supplier diversity programs.

6. Implement partnerships: Identify organizations that its agencies “enthusiastically support” to offer professional services on a pro-bono basis.

7. Expand training programs: Build training programs designed to “create awareness and sensitivity to issues regarding DE&I, such as global mandatory unconscious bias training.”

8. Establish accountability: Each agency “will have specified actions, with deadlines, to ensure advancement of DE&I initiatives,” with CEOs held accountable.

“We have always said our people are our No. 1 priority, and this plan puts our words into action. Small gestures, quick reactions and disparate efforts will never be enough to create the systemic equity we strive to achieve,” Wren concluded in the memo, adding that the plan was developed to maintain “energy and focus for years to come.”

Continue Reading

Publicité

La pub Schweppes devenue “symbole de la diversité”

Published

on

Lorsqu’en 1988, Schweppes utilise pour un spot publicitaire un titre enregistré en 1969 par Chico Buarque, la France se met à avoir des sueurs.

Il serait toutefois très réducteur de limiter cet énorme succès à la sensualité torride d’un clip qui étirait sur 2’42 les images du spot TV.

“Essa moça tá diferente” est aussi un titre magique, faussement entraînant, empreint d’une douce mélancolie : pour cause, Chico Buarque l’a enregistré alors qu’il était exilé en Italie. Quelques mois plus tôt, il croupissait dans une prison, soumis au harcèlement de la dictature militaire qui tenait le Brésil.

Avec Caetano Veloso, Elis Regina, Gilberto Gil et quelques autres, Chico Buarque est à la fin des années 60 l’un des principaux acteurs du “MPB” : un nom de code qui désigne la “musica popular brasileira”, croisement de bossa nova, de samba, de jazz et de rock, sur fond de militantisme politique. Difficile d’imaginer que tout ceci se terminerait par un clip sponsorisé par Schweppes, devenu une ode magnifique à la beauté du métissage.

Ce spot de pub ouvrira la porte à toute une série de tubes de l’été latinos, particulièrement “La Lambada”, dont les clips magnifiaient tout autant la diversité.

30 ans plus tard, en 2018, Schweppes (via son agence BETC) produit un spot anémié, indigent et aseptisé, avec le slogan lunaire “What do you expect“, sur une musique soporifique des Chemical Brothers… Qu’on en juge : https://www.buzzwebzine.fr/what-do-you-expect-mannequin-musique-pub-schweppes-2018/

Continue Reading

Publicité

Havas rachète officiellement l’agence Buzzman

Published

on

C’est la nouvelle de l’année dans le milieu de la publicité. Le groupe indépendant français Havas, créé en 1835, s’offre cet été Buzzman, l’agence indépendante la plus créative de France.

Les rumeurs couraient déjà tout l’été et notamment sur la croisette. C’est maintenant officiel. Avec un investissement à hauteur de 51% dans le capital de Buzzman, le groupe de Yannick Bolloré s’offre l’agence de Georges Mohammed-Chérif qui devrait garder une totale autonomie.

Le rachat, d’un montant d’environ 22 millions d’euros, devrait permettre à l’agence Buzzman de tirer profit de certains atout du groupe Havas (comme la data) tout en conservant son indépendance, explique Georges Mohammed-Cherif dans Stratégies. De son côté, Havas réussi désormais à aligner un trio redoutable sur le marché, constitué de BETC, Rosapark et Buzzman. L’objectif d’Havas sera donc de créer une cohérence dans cette offre, en évitant le cannibalisme entre ses agences.

À l’heure où la croissance du marché de la publicité augmente timidement ces dernières années comme l’avait rappelé Mercedes Erra dans son élocution cet été, ce rachat permet d’ajouter du dynamisme dans l’industrie et d’offrir de nouvelles perspectives. C’est même “un vrai signal de résistance” selon Yannick Bolloré.

Source : Gabriel Teisson – danstapub.com – 05/09/19

Continue Reading

A la Une

Copyright © 1995-2020 Club Averroes