Connect with us

Business

Ann Sarnoff, nouvelle CEO de Warner Bros.’, à propos de “l’avenir des médias”

Published

on

par Cynthia Littleton / Variety

Ann Sarnoff Warner Bros

Ann Sarnoff has yet to begin her new job as chairman-CEO of Warner Bros., but she already has deep family ties to the entertainment company.

When she made her first visit to the Burbank lot last month, she was touched to find that studio staffers had framed for her a memo her father-in-law, Bill Sarnoff, wrote back in 1977 approving a then-unknown Christopher Reeve to play the Man of Steel in the studio’s first live-action “Superman” film.

Bill Sarnoff, who worked with the legendary Steve Ross in the late 1960s, had orchestrated the acquisition of DC Comics for Ross’ Kinney Corp. in 1968. The superhero troupe became part of Warner Bros. the following year, when Kinney Corp. bought the studio.

Flash-forward 50 years, and the DC trove is more important to the studio’s health than ever.

The weight of her new role as the leader of the industry’s largest studio behind the now combined Disney-Fox is not lost on Sarnoff. In her first extensive interview since being appointed to the post in late June, Sarnoff says she is focused on the big picture of harnessing all of WarnerMedia and AT&T’s resources to deliver high-end content for global audiences. It’s a sizable leap in profile and responsibility for the seasoned executive who was most recently president of BBC Studios Americas.

Related

Ben Affleck’s Addiction Drama ‘The Way Back’ Moved to 2020

WarnerMedia, Inscape Execs Talk Adapting to Advanced Technology in the Media Space

“It’s a big job. I understand that,” says Sarnoff, whose appointment surprised many inside and outside the studio because her name had never surfaced as a potential candidate. “The creative industries are about making great, high-quality content and bringing in the greatest talent to do that. That’s why I took the job. It’s an amazing studio.”

Sarnoff, 57, is the first woman to lead the studio that will mark its centennial in 2023. She says she had a “goose bumps moment” during her visit to the lot when she walked into the Steven J. Ross Theater and saw the plaque bearing the names of the studio’s past CEOs. Her name is not yet etched there but will be once she formally starts in late August.

“It is meaningful,” Sarnoff says. “I’ve gotten emails from LinkedIn and other places from people saying, ‘Thank you on behalf of my daughters and my granddaughters.’ I mean, they don’t even know me. It makes you feel like you’re paving the way.”

Sarnoff comes into the studio at a time of turbulence for the industry in general and Warner Bros. in particular. The opening at the top came about unexpectedly, after a scandal forced her predecessor, Kevin Tsujihara, to resign amid allegations he used his position as studio chief to help find movie roles for an actress following an affair. Tsujihara has denied playing a “direct role” in getting jobs for the woman.

WarnerMedia and AT&T made a point of recruiting a woman for the Warner Bros. job, in part because of the circumstances surrounding Tsujihara’s exit and also to offset the dearth of gender and ethnic diversity among top leaders of WarnerMedia companies. Regardless of the circumstances, those who know Sarnoff say she is more than equipped for the challenges ahead.

“She’s got a business side and a creative side that is rare to find in one person,” says Geraldine Laybourne, the former Nickelodeon chief who worked with Sarnoff in the 1990s. During her tenure at Viacom, which extended from 1993 to 2003, Sarnoff was executive VP of consumer products and business development at Nickelodeon. She also served a stint as chief operating officer of VH1 and CMT.

“Sarnoff is very good at bringing people together, and she can easily spot good ideas,” Laybourne says. Sarnoff was given the job of leading the cross-company effort to launch the preschooler channel that became Noggin in 1999. Laybourne recalls being impressed at how Sarnoff wrangled executives and resources from Paramount Pictures, Simon & Schuster and other units outside the Nickelodeon umbrella.

“In a company that is as loosely run as Viacom was back then, there’s so much sibling rivalry between divisions,” Laybourne says. “There was no sibling rivalry here. It was all about ‘Let’s go do something great.’”

After her time at Viacom, Sarnoff was handpicked by then-NBA commissioner David Stern to serve as chief operating officer of the Women’s National Basketball Assn. That was a dream job for a woman who grew up outside Springfield, Mass., playing basketball, softball and field hockey in her youth. “I was on a mission with that job” to boost the profile of women’s team sports, she says. “I wanted not only my daughter but my son to have women’s teams to root for.”

Sarnoff segued from the WNBA to becoming president of Dow Jones Ventures as the parent of The Wall Street Journal was moving into the digital arena and the live conference business. She moved to BBC Worldwide North America, the commercial arm of the British pubcaster, in 2010 as chief operating officer.

Sarnoff’s range of business and creative experience is a plus as Warner Bros. faces a period of reinvention under new ownership and amid a fast-changing landscape. She is in for a learning curve on the film side and a cross-country move as she relocates to Los Angeles from New York. But she feels energized by both prospects.

“You have to build a company not by looking in the rearview mirror but by trying to look around corners at how people are going to consume media in the future,” Sarnoff says. “What do smart televisions mean for the way we consume media? What can we do to enhance the theatrical experience to get people out of the house and into theaters? All of those things need to be thought through. The one thing you know for sure is that you can’t always just keep doing things the way we’ve always done them. I’ve taken jobs where I’ve had to learn new industries pretty quickly. I think I bring perspective and a fresh way of looking at the business.”

Sarnoff emphasizes that questions of strategy and priorities will only come into focus after she has had the chance to get her arms around the company and meet with employees. Based on her initial impressions, she believes studio staffers in Burbank, New York and far-flung offices around the world are ready to emerge from a few months of uncertainty after Tsujihara’s hasty exit in March.

“They’re looking for leadership,” she says. “I got a sense of extreme optimism and a readiness to lean in and figure out what the strategy is going forward.”

Sarnoff also is cognizant of the scrutiny that comes with high-profile jobs and the extra layer of responsibility that leaders have to be vigilant about the potential for sexual harassment and other abuses of power. “I lead with my values. I think that’s a super important way to lead,” she says. “You set a tone, you set a mission and you set the values that you expect people to live by. From what I can tell so far, the team is of the same mindset.”

As she prepares for her move, Sarnoff is eagerly awaiting the day when she gets to show one particular VIP around Warner Bros.’ Burbank lot for the first time in years: Bill Sarnoff. “He can’t wait to come visit,” she says. “He’s so proud.”

Continue Reading
Advertisement

Business

Ces marques qui affirment leur antiracisme… et se font taxer d’hypocrites !

Published

on

Le newsjacking est rarement une bonne idée. La preuve avec New Balance, YouTube, Amazon et d’autres qui affichent des slogans antiracistes suite à la mort de George Floyd. Autant de communications souvent jugées opportunistes.

Du simple écran noir sur Instagram à la création d’un comité dédié à l’inclusion en passant par la promesse de dons… les marques ont été nombreuses à afficher leur soutien à George Floyd, un homme afro-américain mort asphyxié par un policier le 25 mai. Les réactions des internautes montrent que l’exercice du newsjacking – rebondir sur une actu pour faire de la com’ – est périlleux. Dans bien des cas, c’est surtout l’occasion pour ces entreprises de se faire taxer d’hypocrites. Certaines s’en sortent tout de même mieux que d’autres.

Dans la catégorie flop…

Adidas, des mots plein de respect mais des boutiques closes

Sur Instagram, la marque affiche le mot Racism barré accompagné d’un court texte « Together is how we move forward…» (C’est ensemble que nous allons de l’avant). Mais dans la vraie vie, Adidas a préféré se barricader en fermant ses boutiques américaines pendant les rassemblements en soutien à George Floyd – l’une d’entre elles ayant été vandalisée durant les premières manifestations. Un hiatus souligné par le New York Times. Des internautes se charge>Qnt de rappeler qu’Adidas compte peu de personnes noires parmi ses cadres dirigeants.

New Balance, « la chaussures des blancs », se rachète une conscience

Dans la famille flop, on trouve une autre marque de sneakers : New Balance. Tout comme son concurrent, l’équipementier sportif a publié un texte sur les réseaux sociaux appelant sa communauté à s’engager contre le racisme « avec des actions pacifiques et pas seulement des mots ». De nombreux commentaires rappellent qu’en 2016, le PDG de New Balance avait affiché son soutien à Trump (en fait, il s’était contenté d’estimer que sa politique économique allait dans le bon sens). De nombreux clients s’étaient alors empressés de brûler leurs baskets et des néo-nazis avaient rebaptisé les New Balance « Official shoes of white people » (les chaussures officielles des personnes blanches).

Les GAFA accusés de double discours

Les CEO des géants de la tech se sont empressés de publier des memo promettant des dons et des actions contre la discrimination raciale. Mais ici encore, on leur reproche leur hypocrisie. Fast Company estime que ces discours arrivent un peu tard et accuse la tech de faire du « black washing ». Ces entreprises ne sont pas franchement reconnues pour leurs avancées en terme de mixité. Par ailleurs, il est régulièrement reproché à Facebook, YouTube ou Twitter de laisser proliférer les discours des suprémacistes blancs sur leur plateforme. Chez Amazon un groupe de salariés activistes s’interroge sur les nombreux contrats du géant avec la police américaine (pour leur fournir notamment des systèmes de reconnaissance faciale), alors que la marque a profité des événements pour s’insurger contre l’injustice et le racisme.

Dans la catégorie flat

Les circonstances ne permettent pas vraiment de briller par sa communication, mais certaines marques parviennent à s’en sortir sans trop de heurts.

General Motors promet un comité d’inclusion

Comme d’autres marques, General Motors promet des actions plutôt que des mots. Mary Barra, la PDG du constructeur automobile a publié une note interne expliquant qu’un comité en charge de promouvoir l’inclusion et de lutter contre l’injustice et l’intolérance serait créé. Un exemple d’action un brin opportuniste mais qui a le mérite de remettre le sujet des discriminations raciales sur la table.

Netflix, relayé par sa communauté

« Être silencieux c’est être complice », a publié Netflix sur son compte Twitter le 30 mai. Le post a été relayé par Ava DuVernay, la réalisatrice de Dans leur regard, une mini-série diffusée par la plateforme sur quatre jeunes afro-américains condamnés à tort pour le meurtre d’une femme blanche en 1989 avant d’être innocentés en 2002.

Source : Marine Protais – ladn.eu – 4 juin 2020

Continue Reading

Business

Jay-Z et Beyoncé cumulent dorénavant un total net de 1,4 milliard de dollars

Ça a été une semaine de notes aiguës pour le premier couple de musiciens. Hier, Forbes US a déclaré Jay-Z milliardaire ; aujourd’hui, Beyoncé s’est classée 51e sur la liste des femmes américaines les plus riches, avec une valeur nette de 400 millions de dollars. Cela porte la valeur nette combinée du couple à 1,4 milliard de dollars.

Published

on

Photo: Shutterstock

« C’est plus grand que le hip-hop », a déclaré Swizz Beatz, le superproducteur de « Upgrade U », l’un des plus grands succès du couple. « C’est le plan directeur de notre culture. »

Pour Jay-Z et Beyoncé, mariés depuis un peu plus d’une décennie, leur fortune totale est à la fois le fruit de réalisations individuelles et d’une rare synergie, malgré des parcours très différents.

Jay-Z a grandi dans les célèbres complexes de logement Marcy Projects de Brooklyn, construisant un empire à bien des égards par nécessité : il a décidé de fonder sa propre maison de disques au milieu des années 1990 après que les majors l’eurent initialement rejeté. Il a appliqué la même stratégie à la mode peu de temps après, lançant sa ligne de vêtements Rocawear avec plusieurs partenaires, pour finalement vendre la marque à Iconix pour 204 millions de dollars en 2007.

A ce moment-là, Jay-Z avait à nouveau le choix des marques avec lesquelles travailler, mais il a opté pour la propriété, à la fois avec son champagne Armand de Brignac et le cognac D’Ussé, une joint-venture avec Bacardi. Comme il l’a expliqué à Forbes en 2010 : « Le hip-hop depuis le début a toujours été une aspiration. »

Beyoncé a suivi une voie légèrement différente pendant une grande partie de sa carrière. Ayant grandi à Houston, elle a goûté pour la première fois à la célébrité en tant que membre de Destiny’s Child avant de se lancer en solo. Sa fortune provenait principalement de ses gains en espèces accumulés, grâce à sa capacité à remplir des salles de concerts, de produire des albums multiplatines et de conclure des ententes foncières avec des marques de premier ordre, allant de Pepsi à H&M.

Plus récemment, elle s’est concentrée sur l’esprit d’entreprise en rachetant sa ligne d’articles d’athlétisme Ivy Park et en la relançant chez Adidas plus tôt cette année. Il faut s’attendre à ce qu’elle gère l’entreprise avec le plus grand soin. « J’ai travaillé trop dur et fait trop de sacrifices pour faire quelque chose de stupide qui gâcherait la marque que j’ai créée toutes ces années », a-t-elle dit à Forbes il y a dix ans.

Bien sûr, Jay-Z et Beyoncé ont aussi construit ensemble une grande partie de leur empire. Dans la foulée de leur double album primé aux Grammy Awards, Everything Is Love, ils ont terminé On The Run II, leur tournée de rappel des stades, qui a rapporté un quart de milliard de dollars l’été dernier. Ils sont devenus des investisseurs de démarrage (bien que les rumeurs d’une mise de 300 millions de dollars pour Beyonce lors de l’introduction en bourse d’Uber aient été démystifiés). Et ils ont accumulé un portefeuille immobilier allant de Los Angeles aux Hamptons.

« Leurs carrières se sont épanouies ensemble », a expliqué le producteur Jim Jonsin dans une interview pour Forbes. « Il s’est attaché à tous ses fans à elle, qui, en retour, se sont intéressés à ce qu’il produisait. Il en va de même pour elle… Ensemble, ils sont le président et la première dame de l’industrie de la musique. »

Forbes – 5 juin 2019

Continue Reading

Business

Rihanna et LVMH s’associent pour lancer Fenty, une nouvelle marque de luxe

LVMH et Rihanna ont annoncé ce vendredi le lancement commun d’une nouvelle marque de luxe: Fenty.

Published

on

Club Averroes

C’est désormais officiel: LVMH et Rihanna ont annoncé ce vendredi le lancement commun d’une nouvelle marque de luxe: Fenty. La première collection doit être dévoilée très prochainement.

Continue Reading

A la Une

Copyright © 1995-2020 Club Averroes